cllancelps

Telle est, je crois, la pensée de ces jeunes gens; pensée haïssable,mais fertile pour eux en orgueilleuses délices.«Taupins», ils se croyaient déjà considérables (pourquoi, mon Dieu?)et d'une essence supérieure à celle des autres collégiens; ils étaientdéjà intolérants, défendaient durement leurs privilèges et leur coinde cour. L'entrée à l'École achève de les gonfler. Ces «brimades», cessouffrances infligées par les uns et subies pieusement par les autresdéposent en eux tous la conviction que l'École est un grand mystère.Elles scellent entre eux l'engagement mutuel de garder fidèlementcette naïve croyance; de n'estimer qu'eux au monde; d'être rogues,dédaigneux, formalistes; d'être absolus et abstraits; d'appliquer àtout une étroite et outrecuidante logique; d'user aveuglément del'«esprit géométrique» là même où l'«esprit de finesse» serait le plusnécessaire; de mépriser les autodidactes (si intéressants!), leschercheurs et les inventeurs non estampillés à la marque de l'X, ettous ceux qui, pour apprendre à construire des machines ou à fabriquerdes engrais, ont suivi des voies pratiques et n'ont eu besoin que d'unminimum de mathématiques pures; enfin, de se tenir et soutenir entreeux, quoi qu'il arrive, et, s'il apparaît que l'un d'eux a bâti unedigue incertaine ou un pont douteux, de proclamer en choeur que c'estle pont et la digue qui ont tort.Ainsi, cette épreuve des brimades est comme la sanctification duTchin par la souffrance volontaire. Ce serait beau en son genre, sice n'était funeste. sac vanessa bruno gris pas cher
L'esprit d'école me semble, ici, mauvais, parce que c'est, ici,l'esprit d'un groupe artificiel, et qu'il est moins efficace pour ceuxqui sont de ce groupe que contre ceux, bien plus nombreux, qui n'ensont pas. Au surplus, il nuit à ceux même qui «en sont». Il lesremplit d'illusions sur leur propre mérite; il les emprisonne; ilrisque de leur enlever à jamais le sens et l'intelligence de laréalité et de faire d'eux, pour toute la vie, des écoliers,--toutflambants du prestige emprunté de l'École, mais des écoliers.Les brimades de l'X, qui sont la manifestation la plus brutale de cetesprit-là, sont donc condamnables deux fois. Et elles le sont troisfois, si, comme on me l'affirme, ces sauvageries ont disparu deSaint-Cyr et même des régiments et si l'École polytechnique enmaintient seule l'odieuse tradition. On m'objectera l'École normale. Je tâche de n'en avoir pas lasuperstition. sac vanessa bruno cuir noir J'ai rencontré tant d'hommes supérieurs et originaux quin'en sortaient pas! Je l'aime simplement comme on aime sa jeunesse. Jecrois d'ailleurs que, si les amitiés y sont fortes, la «camaraderie»proprement dite y est moindre qu'à l'X. Les moeurs enfin y sontjoviales, sans férocité. J'atteste qu'il y a vingt-cinq ans lesbrimades y étaient inoffensives, qu'elles affectaient une formeuniquement littéraire, encore que d'une littérature peu choisie. Onm'assure que cela a continué. Serait-ce que, après tout, les«humanités» sont humaines en effet; que les lettres, au moins dans letemps où on ne les pratique pas pour vivre, adoucissent les coeurs, etque la mathématique les endurcit?.. sac a dos longchamp
 . Vous avez pu voir que j'apportais dans mes réflexions sur l'X la plusentière malveillance. C'est que j'étais indigné et que, commeMontaigne, «je hais cruellement la cruauté.»J'ignore si à l'heure qu'il est nos enfants de l'Écolepolytechnique--qui, dans le fond et quoi que j'aie dit, doivent êtrepresque tous de «gentils garçons»--ont eu l'esprit et le courage dedésarmer. S'ils l'ont eu, je retire généreusement les trois quarts demes désobligeantes remarques. Sinon, je suis bien forcé de lesmaintenir provisoirement, et je prie ces adolescents de considérerqu'il ne tient qu'à eux de les faire paraître vraies ou calomnieuses.CHIRURGIE.

评论