cllancelps

Soulary, Lyonnais de Lyon, est unconfrère de Voiture et un ami de Cathos et de Madelon.Il n'est pas de style plus laborieux et plus cherché, de gentillesseplus emberlificotée. Voulez-vous savoir ce que devient, torturé par cepoète de trop d'esprit, une idée toute simple comme celle-ci: «Sij'avais appris à compter quand j'étais enfant, je serais plus richeque je ne suis?» ... Ha! si depuis ce jour où je tombai novice À l'école, en quittant le sein de ma nourrice, J'avais su déchiffrer l'hiéroglyphe saint Qui, de la corne d'or multipliant l'hélice, Fait sourdre un million sous le nombre succinct, Je n'aurais pas connu, Misère, ton supplice.Ailleurs nous rencontrons des amants qui «égrènent le rosaire d'or quel'amour mit pour l'homme au cou de la femme». oculos juliet oakley
Nous apprenons que lesplaintes du cuivre «font courir un frisson qui tient l'âmedebout»,--et «qu'en vain nous déplaçons l'amer levain du souci notrehôte». Et voici ce que dit aux femmes honnêtes Marie la révoltée: Paissez, brebis; le bouc expie! Par nous le mal essentiel Croît au sentier de l'oeuvre pie Qui vous conduit tout droit au ciel.Cathos eût eu plaisir à entendre appeler un grain dépoussière:«l'atome ailé qu'aucun pouvoir ne tue.» Elle eût approuvé cettepériphrase qui signifie que l'homme, à l'automne, devient sérieux: Comme elle (la terre), son fils l'homme a pris un maintien grave; De ses jours de folie il fait payer le tort Au devoir qui l'étreint dans son rude ressort;et, dans la description d'une gypsie: Un amulette où l'art imite Quelque Diane au front cornu, Des deux seins fixant la limite, Veillait aux mystères du nu.Je ne parle pas des «regards qui se tendent en grande fixité», ni despleurs qui «se font brèche dans de grands yeux doux» (ce ne sontpeut-être que des incertitudes de langue ou des sacrifices à larime). Et je ne parle pas non plus des simples mignardises, qui sontinnombrables. Toute fille est fillette. oculos grau oakley Tout est petit, mignon, coquetet coquin; et le cordonnier de Persépolis, faisant des brodequins poursa maîtresse, qualifie ses pieds d'«espiègles» et de «gentilsbourreaux».IIIIl est donc fort singulier que ce soit M. Soulary qui ait écrit cevers: Le sentiment du beau, c'est l'horreur du joli.Eh! qu'entend-il par le joli? Est-ce que vraiment il croit avoirjamais aimé et cultivé autre chose? Au reste, il a bien tort decreuser un tel abîme entre le joli et le beau; car le joli n'est déjàpas si laid, et c'est peut-être le beau dans le tout petit, à moinsque ce ne soit la coquetterie du tout petit dans le beau.Toute chose, en passant par les mains de M. Joséphin Soulary, serapetisse, s'amignote, s'amenuise, s'amignardise. Parfois, des idéesqui avaient de la grandeur ou des peintures commencées d'un trait net,ferme, saisissant, se tournent en gentillesse, en pointe, en badinagegrêle et vieillot. oculos oakley pit boss
Lisez la pièce intitulée Émotions nocturnes: lapremière partie en est fort belle. Un homme, longeant un bois, lanuit, éprouve le vague effroi de tout ce qui grouille, bruit, glisseou chuchote dans les demi-ténèbres: La nuit tend sur le ciel brouillé Ses ailes d'argent ponctuées; La lune, comme un soc rouillé, Laboure le champ des nuées. . . . . .


评论