cllancelps

Jacques trouve que«le divorce, dont on parle beaucoup cette année, enlève au mariage lesentiment de l'infini». Il enseigne à Jeanne, comme un simple Bellac,«le sens divin des choses». Je lis ailleurs que «l'amour de M. deMaurescamp ne contenait aucun élément impérissable: c'était, pouremployer une expression de ce temps, «un amour naturaliste».Voyez-vous le sourire dédaigneux et pincé? Mais je voudrais biensavoir si les trois quarts des amours que nous conte M. Feuillet nesont pas des amours «naturalistes»! Le monde où ils sa déroulent, ilest vrai, et le style qui les enveloppe sont essentiellementaristocratiques; mais aussi ils s'en piquent trop! et, affectationpour affectation, celle de M. Feuillet n'est guère moins irritante quecelle de M. oculos oakley 24k
Zola. C'est étonnant comme certains salons me font aimerle coron de Germinal. Pour Dieu! montrez-nous une héroïne qui nesoit pas splendidement belle et mirifiquement intelligente!Montrez-nous un amoureux qui ne soit pas un homme supérieur!Montrez-nous en un au moins qui ne sache pas monter à cheval!Vraiment? tous les hommes et toutes les femmes sont comme cela aufaubourg Saint-Germain? Nous sommes forcés de vous croire sur parole,ne pouvant y aller voir, et cela nous dépite. L'étalage continuel dece monde inaccessible a quelque chose d'impertinent et dedésobligeant: vous nous faites bien durement sentir que nous ne sommespas «nés». Notre revanche, c'est que vos personnages, ne frayant pasavec nous, nous passionnent parfois médiocrement. Ce sont des «hommesdu monde»: nous voudrions des hommes dessous. L'étrange affectation dene regarder comme intéressante que la classe sociale la plusrestreinte, et celle justement où l'originalité des individus a leplus de chances de s'effacer ou de s'atténuer! Ouvrez les yeux: lemonde est vaste, l'humanité infiniment variée, et il y a sur terre deshommes et des femmes autrement vivants et dignes d'attention que ceuxqui vont à cheval au bois le matin ou celles qui ont leur loge àl'Opéra. oculos oakley antix En même temps que le besoin de nous étonner à la fois par seshardiesses et par sa distinction, des préoccupations de moralistechrétien se trahissent de plus en plus dans l'oeuvre de M. OctaveFeuillet. Son spiritualisme va s'affirmant et, si j'ose dire,s'aggravant. Or c'est fort bien d'être spiritualiste, et nous lesommes tous; mais par malheur le spiritualisme de M. Feuillet n'estpas toujours d'une qualité très rare: il n'est ni d'un grandphilosophe ni d'un grand poète. Il s'étale avec une sécurité un peubéate: c'est comme qui dirait un spiritualisme un peu gros. Il aquelque chose de superficiel, de convenable et de convenu. oculos oakley modelos
Il seprésente à nous non comme une foi personnelle et profondémentélaborée, mais plutôt comme la doctrine officielle de la caste surlaquelle et pour laquelle M. Feuillet a coutume d'écrire. Trois ouquatre fois l'auteur de l'Histoire de Sibylle a prétendu nousdémontrer qu'il n'y a point, en dehors des croyances chrétiennes, outout au moins en dehors des croyances spiritualistes (et je ne sais sije ne lui prête pas cette concession), de règle de vie qui puisserésister à l'assaut des passions. Or cela est contestable, l'hommen'étant pas un animal très logique. Celui qui ne se croit pas obligépar un pouvoir extérieur et divin peut fort bien se sentir obligé parlui même, par une irréductible noblesse de nature, par une générositéinstinctive. Et, d'un autre côté, il est très vrai que la foireligieuse peut être un frein, que plus d'une femme qui allait àconfesse avant d'avoir un amant n'y va plus après; mais quelques-unesaussi continuent d'y aller. En somme, on ne peut dire que ce soientles croyances chrétiennes ou spiritualistes qui créent et conserventseules la conscience morale: on dirait plus justement que c'est laconscience qui se crée ces appuis extérieurs.


评论