cllancelps

Nous voyions, au pied de lamontagne, toute l'armée d'Ibrahim-Khan[25] qui marchait sur Gandja.Après les marches de dix jours à pied, nous sommes arrivés à Aperkan,notre ville, où j'avais laissé ma mère et mes deux sœurs, mais je netrouvai personne à la maison.J'éprouvais encore bien du chagrin, mais j'ai trouvé, dans la ville, unpaysan qui restait encore, car tout était rasé et les maisons étaiententièrement dévastées. Le paysan me dit: «Votre mère et vos deux sœurssont parties depuis deux mois pour le fort de Choucha.»Le jour était presque passé. Je me suis décidé de coucher dans notremaison, qui était toute dévastée par l'armée[26]. Même je ne pus pas meprocurer un peu de paille pour me coucher là-dedans. ralph lauren canada
Le lendemain, jesuis parti de bon matin. J'ai laissé mes compagnons de voyage dans laville, dans leur pauvre maison, qui ne valait plus rien, comme toutesles autres.Entre notre ville et Choucha, il y a une petite rivière que j'avaispassée plusieurs fois à gué, sans aucun danger, mais, ce jour-là, ilétait tombé beaucoup d'eau. Je me suis présenté tout seul à la rivière.Elle m'a paru un peu grosse, mais j'avais un grand désir de voir ma mèreet mes sœurs, qui me donnait le courage de passer hardiment ce petitfleuve.Au moment, je suis entré dans l'eau. Le courant m'a enlevé et m'a frappécontre une grosse pierre que j'ai tenue ferme, pendant une heure, sansperdre ma connaissance. magasin d usine ralph lauren Je vois arriver un voyageur avec son cheval, quia eu la bonté de me sauver la vie et de me passer sur l'autre rive. Jeme trouvais encore une fois heureux.J'arrive à six heures du soir à Choucha, au quartier des Arméniens, oùj'ai trouvé plusieurs personnes de connaissance de ma mère, qui m'ontbien reçu en me disant: «Votre mère disait à tout le monde: mon fils nem'abandonnera jamais! Tôt ou tard, il viendra me trouver. Je connais sonbon cœur et son attachement pour moi!» Enfin, on me conduit chez maman.Au moment où elle m'aperçoit, elle se trouve mal pendant une heure, sanspouvoir me parler un mot.Sa connaissance a commencé. Elle m'aperçoit, elle me serre contre soncœur, en versant des larmes avec mes sœurs, en m'accablant de caresses. ralph lauren achat en ligne
Maman me dit: «Oui, j'étais bien sûre que tu ne me quitterais jamais,quoique tu étais jeune et bien éloigné d'ici, et dans le pouvoir de tonpère, qui m'a abandonnée, peut-être pour toujours.»Me voilà tout à fait installé, avec ma mère, dans le fort de Choucha. Jecommençais à être fort et grand. Je voulais entrer en maison pour gagnerquelque chose, pour soulager l'existence de ma mère et de mes sœurs,mais ma pauvre et tendre mère n'a jamais voulu, en me disant: «Jevendrais plutôt tous mes effets pour te donner l'existence. Je ne veuxpas te voir dans la servitude[27].»Enfin, j'ai resté à la maison en recevant les caresses les plus tendres,le matin jusqu'au soir.Un mois après, la paix était faite, tout était bien tranquille, j'aivoulu quitter le fort de Choucha pour aller à Aperkan, notre ville.


评论